Candida Höfer, le détail et l’objectivité

Candida Höfer est une des chefs de file de la Photographie Objective allemande. Sa démarche se différencie des autres plasticiens photographes attachés à ce mouvement (Thomas Ruff, Thomas Struth, Andreas Gursky, Thomas Demand ou Axel Hütte) par une approche fidèle à la tradition photographique. Elle utilise, en effet, une chambre grand format argentique, en pose longue, sans adjonction d’éclairement autre que la lumière naturelle ou celle dont elle dispose sur le lieu. La technique utilisée ne suffit évidemment pas à rendre compte de l’originalité de son travail, ce point a néanmoins son importance en regard des artifices utilisés par les autres tenants de la Photographie Objective. La spécificité de l’appréhension du réel propre à Candida Höfer réside avant tout dans le paradoxe d’une saisie extrêmement méthodique et rigoureuse procurant à l’image rendue un aspect analytique et distanciée et, dans le même temps, une profusion étourdissante de détails, confinant souvent au baroque.

Candida Höfer appartient au mouvement de la Photographie Objective issue de l’Ecole de Düsseldorf, ou enseignaient Bernd et Hilla Becher.

Ce couple de photographes a eu une influence considérable dans les années 1970 en raison notamment de leur approche rigoureuse du patrimoine industriel de la fin du 19° siècle et du début du 20°. Ils ont procédé durant plusieurs années, tout d’abord dans une certaine indifférence générale, à l’archivage d’un leg industriel en déshérence. L’idée centrale qui leur était chère consistait à cartographier des typologies, des formes, plus que de documenter un passé proche. Pour parvenir à la mise en évidence de la « grammaire formelle » héritée de la seule fonction touchant cette architecture industrielle, les Becher employèrent une chambre, en cadrage frontal, par temps gris afin de s’abstenir de tout pathos, hors de toute présence humaine et sans contextualisation historique et sociologue précises si ce n’est par une brève note attachée aux clichés[…]


En savoir plus

Paru la première fois sur artefields.net

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑